Le laboratoire

Action publique
locale et environnementale

L’axe publiciste du LARJ articule son projet scientifique autour de deux volets structurants : l’action publique locale et l’action publique environnementale.

Cette double approche se révèle complémentaire :

     L’axe horizontal formé par « l’action publique locale » offre une dimension transversale propice à une approche interdisciplinaire permettant d’intégrer l’ensemble des domaines investis par les membres du LARJ : le droit des collectivités territoriales, le droit constitutionnel, le droit des finances publiques, le droit de l’urbanisme, le droit public économique.

     L’axe vertical formé par l’action publique environnementale permet, de son côté, de privilégier une approche davantage disciplinaire de l’action publique appliquée au domaine de l’environnement. Il s’inscrit dans les axes stratégiques de l’ULCO et recouvre des thèmes variés dont : l’urbanisme durable, la gouvernance environnementale, la réparation des atteintes à l’environnement, la protection de l’environnement littoral et marin. Il est associé à ce titre aux travaux du GIS « Campus de la Mer », dirigé par le Professeur Joseph JEANFILS, structure fédérative regroupant tous les acteurs du territoire de la Côte d’Opale (académiques, organismes de recherche, professionnels, collectivités territoriales) sur la connaissance et la valorisation des espaces littoraux et marins (www.campusdelamer.fr).

L’axe publiciste défend une recherche tournée vers le monde professionnel au service de l’action des collectivités et des grands débats de la société. Ses réflexions sont parfois co-construites avec les acteurs du champ dans une optique de fertilisation croisée. Dans cet esprit, le LARJ a intégré le projet européen Tast’in Fives (https://www.meshs.fr/page/tast_in_fives) et le programme de recherche PEROPALE financé par la Fondation de France (http://www.campusdelamer.fr/?p=2854).

Les réactions du Droit des Affaires
aux Évolutions de l’Économie

Les recherches de l'axe privatiste du LARJ portent sur les réactions du droit des affaires aux évolutions de l'économie.

Il s’agit ainsi principalement, pour répondre aux préoccupations du tissu économique local, notamment des entreprises du secteur du tourisme, d’étudier comment le droit répond aux problématiques posées par les nouvelles économies, économie sociale et solidaire, économie collaborative, évolution du droit du travail pour tenir compte de l’évolution des besoins des entreprises et des aspirations des salariés.

Ont à ce titre été organisés un certain nombre de colloques, parmi lesquels figurent ceux portant sur « le contrat à durée déterminé, un contrat spécial », sur « l’entreprise de l’économie sociale et solidaire », ou encore celui intitulé « l’économie collaborative : alternative au capitalisme ou ubérisation de l’économie? ». C’est aussi dans ce cadre que le LARJ participe, notamment, au projet Tast in Fives, développé à Lille, et qui peut constituer un exemple concret de mise en œuvre d’un projet d’économie sociale et solidaire.

Il s’agit également de traiter des évolutions engendrées par le développement du numérique, lequel constitue une des clés du développement de l’économie collaborative, mais rend difficile l’application des règles ordinaires du droit des contrats ou du droit de la concurrence et qui justifie d’étudier la manière de répondre aux problématiques nouvelles qu’il engendre. C’est notamment ce qui a commencé à être étudié à l’occasion du colloque organisé le 2 février 2018 portant sur la place des professions réglementées face à la révolution numérique.

Share Button